L'église Saint-Gilles est le seul patrimoine ancien de la ville d'Arnage connu à ce jour.

Son histoire remonte au XIIème siècle comme en attestent :

  • les baies romanes utilisées comme meurtrières, finement découpées et solidement ancrées par des pierres sculptées en partie haute,
  • les trous de boulin faits dans les murs pour supporter les échafaudages (la première rangée prouve que le sol était plus bas qu'actuellement),
  • l'empilage des pierres de roussard montées en "épi" ou "arête de poisson".


A l'origine, la chapelle Saint-Gilles se présentait sous la forme d'une nef unique prolongée par une abside plus étroite se terminant en cul-de-four. De cette époque subsiste aujourd'hui la nef originelle avec les murs latéraux et le mur d'entrée.


Les travaux les plus importants lui donnant son aspect actuel datent du XIXème siècle.
La tour-clocher fut érigée en 1837.
Les agrandissements furent réalisés vers 1856.

De nombreux aménagements intérieurs se firent dans la deuxième moitié du XIXème siècle : les stalles (1862), les vitraux (1857 et 1868), les autels, la chaire, les bancs… A l'origine, le cimetière se trouvait autour de l'église.

Après la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État, la commune d'Arnage devint propriétaire du bâtiment.

L'inscription funéraire de Jacques Monceaux (notaire royal décédé le 2 février 1644) est classée monument historique depuis 1979.

Cette inscription est gravée sur une plaque de cuivre rectangulaire parfaitement conservée sertie dans un enfeu de pierre de tuffeau.

L'éolienne

En 1886, Auguste Bollée, membre de l'illustre famille mancelle dont Amédée et Léon ont été les précurseurs de la construction automobile, fait construire une maison de campagne sur le terrain qu'il possède au bord de la Sarthe. Sa propriété est agrémentée de bassins, cascades, jets d'eau (en partie encore visibles). L'éolienne est nécessaire à leur fonctionnement et à l'alimentation en eau du pavillon et de ses dépendances.
Actuellement sur une propriété privée elle est visible du chemin de halage.

La Voie de la Liberté

La voix de la liberté est celle que les généraux Leclerc et Patton, au lendemain du 6 juin 1944, nous ont ouverte en libérant la France et l’Europe. C'est encore aujourd'hui un itinéraire balisé de bornes à l'emblème du flambeau de la liberté. Il part des plages du débarquement en Normandie et traverse la France d'Ouest en Est avant d'atteindre Bastogne en Belgique ; l'un de ces itinéraires passe par Arnage.